Méditation de pleine conscience & confiance en soi

Dernière mise à jour : 24 févr.

En quoi l’apprentissage de la pleine conscience est-elle bénéfique aux enfants ?


Depuis plusieurs années maintenant, la méditation de pleine conscience ou « Mindfulness » (littéralement « Pleine conscience »), est entrée dans nos vies, que ce soit par intérêt personnel ou au détour d’un article spécialisé ou grand public.

De la réticence, dans un premier temps, à un effet de mode, dans un deuxième, cette « banalisation » de la méditation amène une méconnaissance de cette approche, pourtant, maintenant plus largement étudiée scientifiquement, et dont les effets ont été clairement identifiés et mesurés.

L’apprentissage de la méditation, approche millénaire, a été codifiée dans les années 80, par un docteur en biologie moléculaire américain le Dr Jon Kabat Zinn, sous la forme d’un programme laïque le MBSR, très structuré, en 8 séances de 2h à 2h30, dans le cadre de la prise en charge d’affections chroniques telles que le psoriasis. Aujourd’hui, ce programme s’adresse autant aux patients qu’aux soignants dans le domaine de la santé somatique et mentale. Le MBSR vise à la réduction du stress, le MBCT est un programme qui, allié à la thérapie cognitive favorise la prévention de la dépression et de la rechute dépressive.


Il existe aujourd’hui d’autres programmes spécialisés pour différents types de problématiques, telles que les addictions, les troubles du comportement alimentaires, etc.

Dans une interview au Monde, Jon Kabat Zinn témoigne : « En collaboration avec le docteur Richard Davidson, de l'université du Wisconsin-Madison, nous avons mené auprès de deux groupes une autre étude sur le bien-être et la santé. Un premier groupe prenait part au programme de huit semaines de MBSR. Avant la formation à la méditation, les schémas d'activation cérébrale des deux groupes étaient identiques. Mais, après les huit semaines d'entraînement, les méditants affichaient une augmentation de l'activation dans certaines régions du cortex frontal gauche, alors que l'inverse s'était produit pour le groupe qui n'avait pas suivi la formation. Ces changements cérébraux signalent une augmentation des émotions positives et une gestion plus efficace des difficultés en situation de stress. Les études sur la méditation de pleine conscience connaissent un développement sans précédent. ».

La méditation est donc, de façon très contemporaine, une approche sérieuse, aux effets mesurables.

C’est un apprentissage qui requiert de l’engagement. Comme tout entraînement, il demande régularité et motivation et pour cela une intention personnelle claire !

Rapidement, au bout de quelques semaines, cet entrainement porte ses fruits : un plus grand calme s’instaure face aux situations qui d’habitude nous font chavirer émotionnellement. Nous développons une meilleure attention, et un meilleur bien-être naturel lié au fait de rester plus ouvert à la vie telle qu’elle se présente à nous.

La méditation destinée à la pleine conscience est accessible aujourd’hui au plus grand nombre, dont le souhait est de se sentir plus serein, et en meilleure possession de ses moyen, de ses facultés.


Qu’en est-il des enfants et des adolescents ?


Nous avons « presque » tous entendus parler de « Calme et attentif comme une grenouille », de Eline Snel qui a eu pour bénéfice d’ouvrir les portes de cette pratique aux enfants, dans les écoles, à la maison … dès le plus jeune âge. Il existe aussi « Un cœur tranquille et sage » de Suzan Kaiser Greenland qui a développé un programme très intéressant pour les enfants.


Le premier programme thérapeutique pour les enfants a été constitué en 2015, aux États-Unis, avec l’aide de Jon Kabat Zinn : « La pleine conscience pour les enfants anxieux ». D’autres programmes ont vu le jour ensuite, dont celui de Jeanne Siaud Facchin « Mindful Up », pour les enfants et les adolescents auquel je me suis formée en 2016.


Celui que je propose pour cette rentrée est le programme de Sandrine Deplus « Gestion des émotions basé sur la pleine conscience ».

Docteur en psychologie, Sandrine Deplus a effectué de nombreuses recherches sur les changements mesurables de ce programme sur la gestion des émotions chez l’enfant, et de l’adolescent, mais aussi sur les capacités de concentration et l’impulsivité. Ce programme est ludique et très didactique. Très ajusté au développement de l’enfant qui a besoin de concret et d’exercices simples, faciles à mettre en place et à utiliser. Comme je le disais, la pleine conscience ça s’entraine : apprendre à être attentif à son attention, prendre du recul, développer son humour et ses ressources face aux situations de stress, aux bouleversements émotionnels… Se sentir pleinement « Capitaine à bord », manœuvrer ses réactions face aux tempêtes de la vie : garder le cap ! Nos « chères têtes blondes », si sollicitées en permanence, par l’école, l’environnement, les réseaux sociaux, le regard des autres, peuvent apprendre à se sentir en sécurité avec eux-mêmes et… le partager du même coup avec toute leur famille, car la pleine conscience, c’est tellement mieux tous ensemble, et c’est tellement utile à tous ! Séance Découverte de la pleine conscience, samedi 18 septembre de 9h30 à 10h30,

chez Regards Psy.

Inscription demandée.


Christel Bourgogne,

Psychologue clinicienne,

Directrice de Regards Psy


Septembre 2021




1 vue0 commentaire