notre approche

regards sur la psychologie de regards psy 

La psychologie, depuis les années 70 , a connu une véritable évolution, ou même révolution, amenant une remise question de son rôle et de son fonctionnement auprès des personnes confrontées à une souffrance psychique, quel qu’en soit le niveau d’intensité voire de handicap.

Pourquoi cette remise en question?

Parce que la psychologie a constaté que son approche, dont l’origine trouve ses racines dans la philosophie et ensuite les concepts psychanalytiques,  ne permettait pas d’améliorer suffisamment concrètement le bien-être de ses patients.

Elle a pris conscience, en tout cas un certains nombre de professionnels dans le champ psychothérapeutique, que comprendre l’origine de la souffrance, et dans le meilleur des cas neutraliser cette souffrance, n’était suffisant ni pour permettre aux patients de développer leur bien-être, ni pour permettre une prévention suffisamment efficace de « rechutes », et plus particulièrement dans le registre de la dépression, mais aussi des troubles anxieux.

De même dans le domaine psychiatrique, s’est développée une attention toute particulière à veiller à ce que les patients en grande souffrance ne répètent pas les hospitalisations, c’est à dire évitent de se chroniciser, afin de pouvoir accéder, avec une reconnaissance de leur handicap, à une vie décente, humaine, leur permettant d’avoir une place dans la société civile, parmi leurs pairs.

 

Aujourd’hui, l’activité de la psychologie est d’être au plus près des besoins de ses patients.

 

Qu’est ce que cela signifie?

Grace au travail « acharné », très patient et méticuleux de nombreux chercheurs, particulièrement aux états-Unis, dans le domaine du fonctionnement psychologique, nous disposons actuellement d’approches thérapeutiques étayées par les résultats d’études scientifiques. Tout d’abord, ce que nous savions intuitivement, et de façon empirique, expérientielle, a été confirmée : la qualité du lien thérapeutique, de l’engagement du professionnel auprès de son patient est au coeur de la prise en charge. Car nous constatons maintenant, grâce aux IRM cérébrales, que le besoin de sécurité affective est fondamental pour développer une synchronicité efficace entre notre cerveau limbique, autrement appelé cerveau émotionnel, et notre cortex pré-frontal qui nous sert à « penser ». La force du lien permet d’alimenter et de mobiliser la plasticité cérébrale afin de créer de nouveaux « chemins d’être », de nouvelles ressources, pour une plus grande cohérence avec soi. Toute situation de carence affective importante, de traumatisme va déstabiliser cette ressource cérébrale, pourtant indispensable à l’élaboration et le dépassement des événements de notre vie. C’est à dire notre capacité à les comprendre, leur donner du sens, et donc à prendre du recul afin qu’ils soient source d’apprentissage sur nous et non source d’effondrement, de détresse, de souffrance poignante. Le lien « sécure » est ce qui permet un développement optimal de nos connexions cérébrales,   ce que l’on appelle la « qualité d’attachement », développée de façon très documentée par Dr John Bolwby dans les années 50.

 

Ensuite, ce travail ce recherche dans le domaine de la psychothérapie a permis d’élaborer des  « protocoles de collaboration thérapeutique » avec le patient : la personne est experte d’elle-même. Elle a en elle, les ressources pour faire face. Ses ressources au moment de la demande de soin, souvent ne sont plus accessibles, ou intelligibles pour le patient. Mais malgré cela, le psychothérapeute ne se pose pas en « Sachant ». Il se pose en maïeuticien, comme le décrivaIt déjà Socrate il y bien longtemps :  accompagner la personne dans son travail de mise à jour d’elle-même. 

Ce travail thérapeutique est appelé également psychologie ou psychothérapie intégrative.Il permet d'intégrer à la fois de solides bases cliniques, psychopathologiques indispensables, apprises, acquises et approfondies par une formation universitaire, et les approches des psychothérapies contemporaines, qui amènent nos patients à s’impliquer de façon très active et concrète dans le travail thérapeutique.  Ces approches thérapeutiques contemporaines sont également appelées : TTC (Thérapies Cognitives et Comportementales) de 3ème vague.

  • Pour en nommer certaines :

  • La thérapie ACT (Thérapie d’acceptation et d’engagement),

  • L’ACS (Approche centrée solution),

  • La Psychologie Positive, très documentée d’un point de vue scientifiques par de très nombreuses études.

  • La méditation de Pleine conscience.

  • On rencontre également d’autres approches telles que l’EMDR, approche de régulation émotionnelle par les mouvements oculaires.

  • L’EFT, la technique de libération émotionnelle par des exercices de taping.                                      

 

Depuis les années 90, nous assistons également à l’émergence de traitements de phobies, addictions, troubles anxieux grâce à la Thérapie par Exposition à la Réalité Virtuelle : mise en situation délicate, de façon progressive de nos patients grâce à un casque de réalité virtuelle. Il est très important de souligner que ces approches ne sont pas en elles-mêmes « la psychothérapie ». Ce sont des outils thérapeutiques intégrés à une démarche de soin qui doit être maitrisée, dans la compréhension des leviers qu’ils actionnent et de l’objectif visé, élaboré en commun avec notre patient. Un examen clinique préalable doit être effectué afin de vérifier que ces approches thérapeutiques sont adaptées aux besoins des personnes qui nous consultent. L’intérêt de ces approches est qu’elles sont également ajustables aux enfants, et aux adolescents et pour certaines d’entre elles au travail en groupe. Elles sont créatives car elles s’appuient sur la flexibilité mentale et  les particularités uniques de tout individu. Chacun, par ce qu’il est, ce qu’il dit, ce qu’il ressent contribue à l’élaboration des solutions. L’objectif envisagé dans tous les cas est la ré-appropriation de son autonomie émotionnelle, de pensée et de comportement par le patient, à travers la pratique et l’acquisition de nouvelles compétences, qui s’appuieront toujours sur des compétences déjà présentes même si « recouvertes » par le voile parfois très épais du découragement, de la dévalorisation, de la dépression ou toute autre souffrance.

 

La deuxième chose que cela signifie c’est le décloisonnement qui s’opère maintenant entre le champ de la psychologie clinique, ou psycho-affective - la psychologie spécialisée dans la compréhension et le traitement de la souffrance émotionnelle - et la neuropsychologie, ainsi que la psychologie cognitive, spécialisées dans le fonctionnement et les dysfonctionnements du cerveau. Grace aux recherches en neurosciences cognitives et affectives,il n’y a plus, du moins dans les approches psychologiques contemporaines, de clivage entre ces deux champs d’expertise. C’est l’autre aspect particulièrement important de la psychologie intégrative. Elle intègre cette double lecture psychologique dans la compréhension des origines et des conséquences du mal-être des patients. Elle explore la façon dont les champ de la pensée intellectuelle et le registre de l’expression émotionnelle vont s’intriquer et s’influencer. Les recherches en neurosciences cognitives et affectives sont très claires sur le sujet : le développement du cerveau de l’enfant se fait en interaction avec son environnement. Le bon développement de son cerveau émotionnel va influencer le développement de son cortex pré-frontal  qui atteindra sa maturité à l’âge de 25 ans. Le cortex pré-frontal est la partie du néo-cortex qui sert à la résolution, de tache  au raisonnement, à la planification, à la régulation émotionnelle.  Ces recherches en neurosciences sont particulièrement intéressantes et éclairantes en ce qui concerne, la compréhension de ce que sont les troubles des apprentissages (troubles DYS, TDA/H), les troubles neuro-développementaux dont font partie les TSA  (Troubles du spectre autistique).

Ainsi, aujourd’hui, la psychologie peut se hisser au rang des professions intelligibles scientifiquement. Elle peut étayer, expliciter ses propos, ses approches. Elle peut faire valoir ainsi sa contribution de façon transversale dans de nombreux domaines de la vie actuelle, que ce soit l’individu dans toutes ses dimensions humaines, la famille, les groupes sociaux, l’école, l’entreprise, l’administration…En effet, de nos jours, la psychologie est indissociable de la notion d’apprentissage et de formation, de la notion d’épanouissement et de collaboration, de la notion d’ouverture et de créativité. La psychologie peut respirer à l’unisson de nombreux autres champs de compétences, car ce qu’elle comprend aujourd’hui peut s’articuler à toute problématique contemporaine en quête de sens, de légitimité, de place de chacun, de liberté, et de développement de potentiel. Et ce, qu’elle que soit le parcours individuel, car cette psychologie a à coeur d’aider tout un chacun à retrouver le chemin de ses ressources et de ce qui résonne comme important dans sa propre vie.

Regards Psy propose, 

Une vision ouverte et intégrative de notre métier de psychologue.

Un regard pluriel dans ses approches thérapeutiques de l’individu et des troubles des apprentissages,

Un regard pluriel dans son approche psychologique et neuropsychologue du fonctionnement de l’être.

                                      

Une proposition de la psychologie pour  ÊTRE et APPRENDRE

 

Un regard à la fois sur les questions contemporaines qui touchent le bien-être humain, le besoin de s’épanouir et de trouver du sens à ce que l’on fait et à qui l’on est (Psychothérapies).

 

Sur le besoin d’avoir des réponses et une compréhension sur son mode de fonctionnement en tant qu’individu (Bilans psychologique et psycho-éducation), pour mieux le décoder, l’accepter et le faire fructifier.

 

Sur la nature des difficultés d’apprentissages et les forces qu’elles recèlent par ailleurs chez chaque enfant, adolescent, adulte : les profils atypiques, tels que les personnalités à Haut Potentiel, les troubles DYS, les troubles de l’attention.

Les fonctionnements spécifiques en terme de mémorisation, de méthodologie, d’attention, d’organisation, d’autonomie.

Les particularités d’estime de soi, de confiance en soi, de relation aux autres.

 

Sur les écueils à l’adolescence et la richesse des ressources en transformation et en émergence qu’elle recèle. La possibilité de s’ouvrir à l’autre à travers différents groupes thérapeutiques.

 

Sur l’enfance et la toute petite enfance : quels besoins pour grandir en sécurité, quels repères éducatifs pour les parents du XXIème siècle, face aux nouvelles technologies, aux changements dans l’éducation scolaire, les modalités d’apprentissages?

Quelle communication pour une relation apaisée, confiante source de plaisir et de projets?

 

Sur ce que peut signifier l’orientation scolaire, la réorientation professionnelle, la mise en forme du sens de ce que l’on porte en soi.

 

Un regard ouvert sur les approches thérapeutiques actuelles :

  • Psycho-dynamique, psychothérapie ACT, Pleine Conscience, ACS, EMDR, EFT.

  • Des groupes de paroles adultes, des ateliers parents.

  • Des groupes enfants de confiance en soi, d’habiletés sociales.

  • Des groupes enfants et adolescents de méditation de PC, de Photolangage@.

  • Et pour la dynamique scolaire : Ateliers et groupes de Méthodologie-Motivation-Attention-Régulation du stress, Ateliers canadiens PIFAM pour développer son autonomie et des stratégies efficaces face aux apprentissages.

 

Un regard intéressé sur la déclinaison de collaborations transverses avec d’autres espaces tel que le monde du design et de la création, la photographie, la musique, l’entreprenariat.

Mais aussi l’école, l’université et le domaine de la formation.

 

Des regards portés par une équipe de psychologues pluri-disciplinaires : cliniciens, neuro-psychologue, et une secrétaire premier interlocuteur à votre écoute.

 

Nous ne savons pas tout, nous n’avons pas toutes les réponses, mais nous souhaitons aller le plus loin possible ensemble avec vous, dans ce qui compte pour vous.

 

REGARDS PSY, une approche vivante et généreuse de la psychologie!

 

« Si au terme de ce voyage j’avais à donner une définition personnelle du bonheur, je dirais que c’est tout simplement « aimer la vie », non pas seulement la vie que l’on mène ici et maintenant, et qui peut nous réserver des satisfactions, mais la vie en tant que telle. », Frédéric Lenoir

regards psy., 17 rue philippe de lassalle, 69004 lyon, france

tel 04 78 27 91 72

email contactlyon@regardspsy.com

psychologue - neuropsychologue - Bilan psychologique - consultation psychologique - pleine conscience - psychothérapie - astuce - mindful up collégiens - mindful up lycéens - méditation - pifam - photolangage - formation - conférence 

© 2020 design by Urbanoïd for Regards Psy.