apprivoiser LES DEVOIRS

Mon astuce aux enfants!

Les devoirs! Quel mot! Si on rebaptisait ce terme : si tu as des idées, merci de nous les envoyer, on les diffusera largement la semaine prochaine!

Comme « Activités de mémorisation », « Challenge »… Bref, soyons créatifs…

Les devoirs, vaste sujet. Souvent, les enfants rentrent chez eux avec aussi peu d’envie de « faire leurs devoirs », que, que…euh, je ne sais pas, de ranger la maison ou de faire le ménage…

Les devoirs, c’est une question d’organisation et de concentration efficace : ton cerveau a besoin de clarté pour être fonctionnel.

D’abord, est ce que tes cours sont rangés de façon accessibles et visibles?

Pourquoi? Parce qu’il s’agit d’économiser ton énergie : savoir où sont tes affaires, t’évite de perdre du temps à les chercher, limite ton stress et ta fatigue, et ton énervement.

Mets de côté ce qui peut te distraire : écrans, téléphone.

Pourquoi? Parce que notre attention est fragile, on cherche naturellement ce qui nous fait rapidement plaisir, et il est difficile de résister aux écrans, un peu comme aux bonbons!

Prends ton agenda et … lis-le. Avec des surligneurs, surligne avec une couleur différente, CHAQUE MATIÈRE pour laquelle tu as des devoirs. A côté, note, en couleur aussi, le temps que tu penses que cela va prendre, et le niveau de difficulté.

Et ensuite, décide de commencer par une seule matière, pour n’avoir qu’un seul objectif : ton cerveau ne peut faire qu’une seule chose à la fois.

Si tu es énervé.e, agacé.e, stressé.e, pas de panique et surtout, pas de jugement négatif sur toi.

Ce n’est pas un problème, si tu n’en fais pas un problème : prépare un petit bocal sur ton bureau, pour chaque pensée négative, mets une bille dans ce bocal, pour la déposer hors de ta tête, fais le lentement, en respirant tranquillement. Si tu en as un, regarde ensuite s’écouler, attentivement, un sablier d’une minute, tout en respirant doucement également.

Si tu as des exercices à faire, rappelle toi, qu’ils sont destinés à te faire apprendre ta leçon : lis bien les consignes. Regarde bien : les éléments de réponses sont dans la consigne, comme les pièces d’un puzzle, ils faut les mettre ensemble pour avoir l’image finale complète.

Si tu as une leçon à apprendre : regarde bien la structure : les titres, les chapitres : une leçon c’est comme une histoire, elle a une logique.

Prends le temps d’observer avant de vouloir apprendre. Puis, demande toi ce que tu sais déjà sur ton cours, ce que tu as déjà retenu ou compris. Surligne les mots clefs, ou bien fais une carte mentale avec les thèmes principaux, un peu comme une carte de géographie, en t’assurant qu’ils sont reliés entre eux de façon logique. Fais 5 minutes de pause.

Raconte toi à nouveau ta leçon ou raconte la à quelqu’un d’autre, parents, amis…

Relis ta leçon avant d’aller dormir, ça aide ton cerveau à retenir.

Mon astuce aux parents!

Le temps des devoirs cristallisent souvent des tensions en famille. Les enfants

sont fatigués de l’école. Ils ont d’abord besoin d’une pause.

Même si nous souhaitons qu’ils deviennent « autonomes », cela demande de longues années d’accompagnement avant que certains ne parviennent à gérer ce travail eux-mêmes. Il est important de l’accepter et d’aider avant tout son enfant à s’organiser, sans critique, sans pression, sans
agressivité. Ce qui nous semble évident, ne l’est pas forcément pour eux.

De nos jours les enfants ont tendance à percevoir les informations dans la globalité : du coup, c’est comme si tous les devoirs sont perçus en même temps, avec le même degré d’importance. Cela les décourage, les démotive, au point de ne pas regarder ce qu’ils ont à faire. Les enfants ont besoin qu’on les aide à « séquentialiser » : découper en plusieurs taches différentes tout ce qu’ils ont à faire.

Mais avant de commencer, leur montrer notre plaisir de les retrouver, leur demander ce qu’ils ont aimé dans leur journée, ce qu’ils ont appris, ce qui les a intéressé. Et s’ils répondent qu’ils ne savent pas, ne pas insister… et demander à nouveau le lendemain, tout en ayant soin de leur dire ce que vous, vous avez aimé de votre journée.

Pour y ajouter une touche d’humour, dédramatiser, créer un panneau « Travaux en cours »

Puis leur demander s’ils ont besoin de vous pour leurs devoirs, et en quoi vous pouvez les aider. Si il y des choses qu’ils peuvent faire eux-mêmes ou non.

Non par contrôle mais pour réellement s’intéresser, cela les rendra eux-mêmes curieux et lèvera le poids du sentiment de contrainte. Les aider à se fixer de petits objectifs, à évaluer le temps que cela va prendre, réfléchir à la meilleure façon de faire pour eux. Les féliciter régulièrement pour chaque chose accomplie. Cocher sur l’agenda ce qui a été fait, en dessinant un coeur ou un smiley! Ou écrire un « Bravo »!

Coté neuropsy.

la métacognition.

En tant qu’enseignant, avec le souhait sincère d’aider les élèves à faire leurs devoirs, bien souvent, il leur est donné des conseils, de la méthodologie… qu’ils ont du mal à appliquer! Pourquoi? Est ce « encore » des enfants fainéants? Pas intéressés?… Non, rien de tout cela. Si cela fait parfaitement sens pour les adultes, simplement, cela n’en a aucun pour eux. Pourquoi? Parce que les enfants ont besoin d’expérimenter concrètement ce qu’on leur demande pour acquérir du savoir faire.

Mais tout d’abord, les mettre en position « métacognitive », de façon curieuse leur demander : à quoi sert un agenda ou un cahier de texte? Pourquoi note-t-on les devoirs? Pourquoi ont ils des devoirs à faire? Où les font ils? Qu’est ce qui marche pour eux? Pensent ils à s’interroger sur leurs connaissances?

Souvent nous pensons avoir la « bonne réponse » pour eux, mais les aider à réfléchir sur leurs stratégies va leur être beaucoup plus utiles car ils vont se rendre compte qu’ils ont déjà des compétences dans ce domaine, et que ce qui est important, c’est qu’elles soient valorisées. Les élèves peuvent s’écouter les uns les autres, et beaucoup apprennent grâce à ses échanges, auxquels il leur sera plus facile de s’identifier, plutôt qu’aux préconisations des adultes qu’ils leur apparait souvent comme des contraintes « intellectualisées » : comment je mémorise?, comment je me concentre?, comment je m’organise? …Et pourquoi pas afficher toutes ces idées ensuite dans la classe, et leur proposer « leur » méthodologie à eux?

 
 
 

regards psy., 17 rue philippe de lassalle, 69004 lyon, france

tel 04 78 27 91 72

email contactlyon@regardspsy.com

psychologue - neuropsychologue - Bilan psychologique - consultation psychologique - pleine conscience - psychothérapie - astuce - mindful up collégiens - mindful up lycéens - méditation - pifam - photolangage - formation - conférence 

© 2020 design by Urbanoïd for Regards Psy.