apprivoiser LE STRESS

 

Mon astuce aux enfants!

Parfois avant une évaluation, un contrôle, une récitation…

Tu sens une boule dans ton ventre, ou ton coeur qui bat très vite :  ça s’appelle avoir du « Stress ». Pour les comédiens avant de monter sur scène, ça s’appelle « le trac ». Ton corps t’envoie un signal qui te dit : « Tu es face à une situation qui te fait  peur », « C’est le moment d’être très attentif ».

Pas de panique! Voici mon astuce pour rassembler tes esprits :

Quand tu es stressé :  tes pensées se bousculent dans ta tête et te disent des choses désagréables comme : « Je vais rater », ou « Je ne me souviens de rien », ou « Je suis sûr.e que ça va être difficile », « De toute façon la maitresse ne m’aime pas », « je n’ai pas d’amis »…

Quand le stress est là, notre cerveau fabrique plein de pensées négatives.

C’est comme ça pour tout le monde. Tu n’es pas obligé d’écouter : ramène toute ton attention sur ta respiration, là où tu la sens le mieux dans ton corps. Respire profondément deux, trois fois en suivant le mouvement de ton souffle avec ta main posée sur ton ventre.

Focalise ton attention uniquement sur ce que tu as à faire. Cela va aider ton cerveau à se concentrer sur ce que tu veux, pour le faire correctement. Car ton cerveau ne peut faire qu’une seule chose à la fois. Si tu t’occupes de ton stress, il comprendra qu’il doit s’occuper de ce qui est vraiment important pour toi. Bonne chance!

Mon astuce aux parents!

Le stress ou syndrome général d’adaptation met tous nos sens en éveil pour nous permettre d’aborder une situation difficile, ou un danger. Parfois notre enfants est très stressé, il est dans les startings blocks mais sa vision est brouillée.  Le taux de cortisol est trop élevé dans son organisme et entrave sa capacité de pensée et d’action.

Pas de panique! Si vous lui dites  : « Tout va bien se passer », « Il n’y a aucune raison d’être stressé… », ou « Tu as travaillé, tu vas réussir… », il ne pourra pas l’entendre.

L’astuce du psy : Souvenez vous! Le stress est normal, il lui indique qu’il est face à une situation importante, ou inconfortable. Du mieux que vous le pouvez, rassurez-vous pour accueillir son stress, sans jugement, sans chercher à le faire disparaitre. L’inviter à mettre sa main sur son ventre pour sentir le mouvement de sa respiration. Une inspiration profonde réduit le stress de 90%. Pour plus d’efficacité, préparer à l’avance, un souvenir très agréable dans lequel il pourra se replonger, afin de relancer la sécrétion d’ocytocines dans son corps, l’hormone de la sécurité interne.

Mon astuce aux enseignants!

Avant un contrôle, une récitation, répondre ou parler devant tout le monde, vos élèves « perdent leurs moyens »? Que ce soit la timidité, le manque de confiance en soi, une expérience précédente négative… Aujourd’hui, beaucoup d’élèves souffrent « d’angoisses de performance », qu’ils aient travaillé, révisé… la peur de se tromper et « d’avoir une mauvaise note » les tenaille. Pour réfléchir, penser, se souvenir, les élèves ont besoin de sécurité interne, et de s’apaiser face à la crainte du jugement et de la critique. Le cortisol attaque et détruit les cellules de l’hippocampe, siège des apprentissages et de la mémoire : d’où le « trou de mémoire ».

L’astuce du neuropsy : Retourner un sablier de trois minutes. Avec vous, les inviter à fermer leurs yeux si c’est possible, afin de rassembler toute leur attention à l’intérieur de leur corps. Explorer leur état interne, pensées, émotions sans jugement. Les faire sentir leurs points de contact : pieds au sol, mains sur le bureau, bassin sur la chaise. Puis amener leur attention sur le mouvement de leur respiration, ensuite élargir leur respiration à l’ensemble du corps. Les inviter à revenir sur leur respiration chaque fois qu’ils ont besoin de se rassurer. Puis tranquillement, rouvrir les yeux. Porter son attention sur ses mains ou fixer un point quelques secondes peut aussi les aider à rassembler leur esprit loin des pensées décourageantes, si nécessaire.

Coté neuropsy.

L’amygdale cérébrale, dans le cerveau limbique, détecte, entre autres, les « situations considérées comme dangereuses » et envoie un signal au corps par la sécrétion de l’hormone du stress pour nous alerter et nous faire réagir . Face à une situation de stress, trois réponse sont possibles : faire face (l’attaque), éviter, ou être sidéré (blocage). Toutes trois ont pour but de réduire la sensation de stress. Mais toutes trois ne sont pas forcément bien adaptées à la situation.

Pourquoi proposer de centrer notre attention sur la respiration?  Parce que cela stimule l’insula, une partie du cerveau qui permet de réguler nos émotions. Cela permet également de passer du système sympathique activé face au stress au système parasympathique qui induit une réponse de relaxation. Ainsi la connexion entre le cerveau limbique (émotionnel) et le cortex préfrontal se rétablit et permet à l’élève de pouvoir réfléchir de façon maitrisée.

 
 
 

regards psy., 17 rue philippe de lassalle, 69004 lyon, france

tel 04 78 27 91 72

email contactlyon@regardspsy.com

psychologue - neuropsychologue - Bilan psychologique - consultation psychologique - pleine conscience - psychothérapie - astuce - mindful up collégiens - mindful up lycéens - méditation - pifam - photolangage - formation - conférence 

© 2020 design by Urbanoïd for Regards Psy.