La psychologie expliquée aux enfants "LE BILAN PSYCHOLOGIQUE"

La psychologie expliquée aux enfants

« Le bilan psychologique »

 

Il est possible qu’à l’école, tu trouves que certaines choses te sont difficiles à faire : te concentrer par exemple, apprendre à lire, comprendre le calcul, les chiffres… peut être que tu te trouves maladroit, que tu as du mal à tenir ton stylo, que l’on te demande de t’appliquer quand tu écris, mais que, malgré tes efforts, cela te fatigue et que le résultat n’est pas aussi bien réussi que tu le souhaiterais. Peut être que tu as besoin de beaucoup de temps pour faire des exercices, et que, souvent, les autres élèves finissent avant toi. Peut être que tu perds tes affaires facilement, que tu ne colles pas les feuilles au bon endroit dans ton cahier, ou alors à l’envers. Peut être que tu as du mal à apprendre et à retenir tes leçons. En sport, as tu remarqué qu’il t’est difficile d’attraper le ballon, ou de l’envoyer exactement là où tu voudrais? Est ce que tes camarades hésitent à te prendre dans leur équipe, car ils pensent que tu pourrais les faire perdre? De même quand tu manges, à la cantine, à la maison, pour une raison que tu ne t’expliques pas, il y toujours de la nourriture à côté de l’assiette, ou même par terre? Est ce que tu as souvent envie de bouger, de te lever, même en classe, alors que tu sais bien qu’il faudrait que tu restes assis? Est ce que tu as envie de parler alors que ce n’est pas ton tour, mais c’est plus fort que toi? Eh bien, si ce genre de choses t’arrivent régulièrement tous les jours, et que tu commences sincèrement à douter de toi, sache tout d’abord, que ça n’est pas de ta faute! Nous avons un cerveau, qui a pour objectif de rendre automatiques le plus de taches possible. Oui, on pourrait dire qu’il est paresseux! Le piège serait de penser que tu n’es pas intelligent, ou moins bien que les autres.Non, non et non! Pas du tout! C’est ton cerveau qui « patine », il ne parvient pas à enchainer les automatismes pour te faire faire ce que tu as à faire. Dans ce cas, comme on amène la voiture chez le garagiste (excuse moi pour la comparaison!), ou comme tu vas chez le médecin quand tu as besoin de soins, il te faut voir un spécialiste pour comprendre où est la panne. Dans ce cas, ton enseignant.e, ton médecin, ou parfois des amis qui ont des enfants avec ce type de « ralentissement », peuvent conseiller à tes parents de t’emmener faire un bilan psychologique, chez un.e psychologue spécialisé dans les apprentissage scolaires, ou une neuropsychologue. Ainsi, leur métier, à l’aide de tests, sera de faire un état des lieux, une investigation pour déterminer d’où viennent tous ces empêchements à apprendre, qui engendrent tant d’efforts de ta part, de fatigue et parfois malheureusement de découragement et de perte de confiance en toi.  Ainsi tu seras rassuré sur ton intelligence, et on pourra déterminer l’aide dont tu as besoin pour apprendre. À l’école tu auras aussi droit à des aménagements. Ensuite, on pourra expliquer à l’école que tu es bien courageux de mettre autant d’énergie dans tes apprentissages, car cela te demande bien plus d’efforts que les autres : on mettra des mots sur tes difficultés, et tout le monde sera alors soulagé et pourra t’encourager comme tu le mérites.

 

L psychologie expliquée aux parents

« Le bilan psychologique »

 

La psychologie a beaucoup évolué ces dernières décennies, en France un peu plus lentement car nous sommes exigeants. Nous savons nous remettre en question, mais peinons à prendre des décisions pour réorienter notre regard, notre façon de penser, restant sur des manières de faire, dont nous avons l’habitude, qui nous rassurent car elles nous donnent l’impression que nous savons, que nous savons faire, allez, osons le dire : que nous contrôlons la situation!

Mais la psychologie, au sens large, s’est « modernisée »! Nous ne pouvons plus pratiquer notre métier aujourd’hui, comme nous le pratiquions il y a 30 ans. Cela est encore plus vrai en ce qui concerne la psychologie de l’enfant et de l’adolescent. Non seulement notre société a radicalement changé dans dans son mode de vie, ce qui nous confronte à de nouvelles problématiques, mais surtout, surtout, grâce aux neurosciences, nous comprenons mieux ce qu’il se passe dans notre cerveau. Ainsi nous pouvons nous sentir, soit « confirmés » dans notre pratique thérapeutique, soit soutenus dans nos propos par ce que nous montrent les IRM cérébrales. Nous pouvons étayer notre expertise grâce aux recherches scientifiques! Que ce soit dans le domaine de la psychothérapie comme dans le domaine des troubles cognitifs. Pour les troubles des apprentissages, cela ne nous éclaire pas sur les causes, mais cela nous permet de constater des modes de fonctionnement cognitifs. L’investigation des troubles des apprentissages a donc pris un sens nouveau : nous avons besoin de comprendre, pour pouvoir mieux aider. Dépister, diagnostiquer, non pour pointer du doigt les failles, mais expliquer les fragilités et surtout, surtout mettre en valeur les ressources : car il y en a absolument toujours.

L’investigation diagnostique du bilan psychologique permet de mettre des mots sur les besoins de nos enfants, et orienter les familles vers les professionnels spécialisés. Un enfant  a toujours des ressources : faire un bilan c’est prévenir une autre fragilisation, celle de l’estime de soi, meilleur prédicteur de la réussite scolaire. Mettre en avant les ressources de l’enfant doit être l’objectif principal d’un bilan. Et pas uniquement ses ressources intellectuelles, mais ses ressources humaines, ses qualités, ses savoir faire, ce qu’il aime, ce qui le passionne, ce qui le motive. Cela est d’autant plus important aujourd’hui qu’ils font face à la tentation constante de l’immédiateté que leur proposent les outils numériques. Le conflit attentionnel que cela alimente, peut les détourner des activités qui demandent patience et endurance, mais qui apportent une satisfaction inégalée, fondement de l’estime de soi, car incarnées et concrétisées dans la réalité : ce qui est accompli, est la sous nos yeux. La manifestation de ce dont nous sommes porteurs à l’intérieur de nous, reflet toujours digne d’émerveillement de ce dont nous sommes capables individuellement, et cela quel que soit notre niveau de maitrise : la joie de l’apprentissage, chacun à son rythme.

 

La psychologie expliquée aux enseignants

« Le bilan psychologique »

 

Il n’est pas forcément évident pour un enseignant de déterminer à partir de quel moment il est judicieux d’orienter un enfant vers un bilan psychologique, quand on observe des difficultés apparentes dans ses apprentissages. En tant que professionnel de l’enseignement, l’expérience va venir éclairer cette décision, entre un enfant hésitant, ralenti par prudence, dans un besoin de maitrise, et un enfant en souffrance scolaire car buttant contre des empêchements internes d’ordre cognitif ou psycho-affectif, et qui bénéficieraient d’un avis plus spécialisé. Et puis, il y a les parents de l’enfant, la gêne de leur en parler, la crainte de les alarmer, de les culpabiliser, l’appréhension à l’idée qu’ils ne se sentent désavoués, mis en cause. La possibilité qu’ils ne s’en prennent à l’école, qu’ils ne leur reprochent de stigmatiser leur enfant. Cela peut amener l’enseignant à se sentir illégitime dans sa démarche. Et pourtant! Combien de souffrances seraient épargnées à l’enfant et sa famille si l’on osait se positionner dés qu’un doute récurent s’immisçait dans l’esprit de l’enseignant. Mais alors avec quels mots s’adresser aux parents pour ne pas les heurter, à partir de quand leur en parler?

Dés que cela semble porter préjudice à l’enfant dans son développement, son estime de lui-même et sa relation avec ses pairs. Pour ce qui concerne les mots, il est possible de dire aux parents que leur enfant prend beaucoup sur lui, qu’il fait beaucoup d’efforts, et que pourtant ses résultats ne sont pas le reflet de ses capacités ni de son investissement. Que cela n’est pas juste et que l’on peut craindre que sa confiance en lui n’en soit affectée. Les parents ont besoin d’entendre que leur enfant est apprécié, et tout en relevant les difficultés, pointer les aspects positifs, les compétences, les ressources, qu’elles soient scolaires ou relationnelles. Ainsi les parents constateront que votre témoignage émane d’une réelle préoccupation et non d’un refus de ses différences. Ils comprendront que ce qui inquiète, c’est avant tout l’épanouissement de leur enfant et non uniquement la question de sa réussite. L’intérêt d’un bilan, c’est d’avoir un regard averti, un décodage qui permette de rassurer, ou d’accompagner à temps un enfant, qui pourrait développer une souffrance et une culpabilité importante, et un sentiment de solitude face à l’incompréhension de ses difficultés. Aujourd’hui, nous disposons de tellement de ressources pour comprendre les obstacles et proposer de l’aide. Que ce soit des outils diagnostics, des aménagements scolaires, de le rééducation, de la guidance parentale, du soutien psychologique! De nombreux professionnels font un travail remarquable dans l’accompagnement thérapeutique des difficultés scolaires.

Continuons à avancer pour qu’à la pression de la réussite scolaire, se développe toujours mieux le souci d’accompagner l’élève dans sa spécificité. Que l’individualité de l’enfant dans ses modalités d’apprentissage fasse partie intégrante du métier d’enseignant. Ainsi, faire un bilan psychologique explorant son mode de fonctionnement cognitif et psychoaffectif deviendra une ressource naturelle, évidente, normale, pour un véritable partenariat entre l’école, l’enfant, la famille et les domaines médicaux, paramédicaux spécialisés dans les apprentissages. Quelle perspective réjouissante de mettre en commun nos compétences pour apporter plus de sécurité et de confiance aux enfants et leurs familles.

 
 
 

regards psy., 17 rue philippe de lassalle, 69004 lyon, france

tel 04 78 27 91 72

email contactlyon@regardspsy.com

psychologue - neuropsychologue - Bilan psychologique - consultation psychologique - pleine conscience - psychothérapie - astuce - mindful up collégiens - mindful up lycéens - méditation - pifam - photolangage - formation - conférence 

© 2020 design by Urbanoïd for Regards Psy.