La psychologie expliquée aux enfants...

la psychothérapie

un profil

« Haut Potentiel »

mohmed-nazeeh-dL1Lgoo-alE-unsplash.jpg

La psychologie expliquée aux enfants

Avoir un profil « Haut Potentiel »

Alors que veut-on dire par « Haut Potentiel », ou HP, ou encore surdoué, précoce, Zèbre ? Peut-être as-tu passé un bilan, un test de QI avec un bilan de personnalité, et que celui-ci a identifié ce mode de fonctionnement? Mais est-ce bien clair pour toi ?

Car il y a des « croyances »  à ce sujet : si on est HP, alors on doit réussir à l’école puisqu’on est « plus intelligent ». Ou alors on est « l’intello de la classe » ! Il y a aussi des croyances, par rapport au contraire à l’échec scolaire, aux prévisions négatives sur la possibilité d’être heureux…

 

La première des choses, si tu présentes ce mode fonctionnement, c’est tout d’abord de le savoir. Pourquoi ? Parce que c’est un peu comme connaitre son adresse, il vaut mieux savoir où on habite pour éviter d’aller habiter chez quelqu’un d’autre ! Car, oui, en effet, c’est une caractéristique que l’on peut trouver chez les enfants, ados et même adultes HP : ne pas très bien savoir qui l’on est, de façon insistante : Qui suis-je ? La fine capacité d’empathie des personnes HP les amène à être comme une grande antenne qui capterait plein de signaux en même temps, tout en tachant de répondre à chacun d’eux. Du coup, cela peut te donner l’impression, même si tu n’es pas toujours d’accord, que tout le monde a raison.

 

Avec ce profil, tu as spontanément tendance à être dans le non jugement, et à plutôt te remettre en question toi avant tout. Tu cherches plutôt à comprendre les autres, ainsi, tu te mets naturellement à leur place. Sans t’en rendre compte en fait. Cela est fatiguant car cela t’amène à beaucoup t’adapter. Parfois, ces personnes se décrivent comme des « caméléons ».

Une autre caractéristique c’est le mode de pensée arborescent : une image, un concept, une idée, amène une multitude de possibles. C’est à la fois une grande richesse car cela donne une forte créativité, et permet de faire des liens entre des idées de façon très innovante, décalée parfois. Mais, les personnes avec ce profil ont besoin de précisions sinon elles ne comprennent pas forcément ce qu’on attend d’elles. C’est important de le savoir pour t’autoriser à faire répéter ou bien à vérifier le sens de ce qu’on te dit.

 

Parmi les autres caractéristiques de ce mode de fonctionnement, il y a une sensibilité toute particulière à l’injustice. Bien sûr personne n’aime l’injustice, mais quand on présente un profil de type HP, c’est juste insurmontable ! Intolérable ! Insupportable ! Pas facile quand on est un enfant d’être dépositaire de cette qualité de conscience, car c’est bien de cela dont il s’agit. Être un enfant HP, qui doit attendre de grandir, de mûrir pour mieux affronter le monde, avec plus de stabilité, d’expérience : pas facile d’attendre ! Toute cette lucidité !

 

Mais ne te décourage pas, un jour tu pourras agir, tu pourras mettre toute ton énergie dans un projet, un objectif qui a du sens pour toi. En attendant continue de regarder aussi ce qui te réjouis, te donne de l’espoir, te permet d’exprimer ta créativité, ton sens du challenge, ton immense sensibilité. Économise tes forces, pour pouvoir, le moment venu, déployer ton envergure et contribuer à faire avancer le monde dans la bonne direction ! Ce que tu as probablement toujours voulu.

La psychologie expliquée aux enfants

La psychothérapie

Suivre une psychothérapie signifie aller voir régulièrement un psychologue pendant un temps plus ou moins long, en fonction de ce dont tu as besoin.

Tes parents peuvent penser à t’accompagner chez un psychologue parce que ni toi, ni eux, ou tes amis n’ont trouvé de solution efficace pour t’aider à faire face à ce qui t’empêche d’être heureux. Cela peut être parce que tu doutes beaucoup de toi. Peut-être as-tu du mal à t’endormir, tu as peur le soir et ça ne passe pas, tu fais des cauchemars. Cela peut être parce que tu ne te sens pas à l’aise avec les autres enfants de ton âge, et qu’il t’est alors difficile de trouver des amis avec lesquels tu t’entendes bien. Cela peut être pour ton stress, la confiance en toi. Ou encore parce qu’il se passe des choses difficiles, douloureuses dans ta famille, à l’école…

La liste des raisons pour lesquelles on va voir un psychologue pour commencer une « thérapie » peut être très longue. Nous avons tous des soucis, et nous pouvons tous à un moment ou à un autre avoir besoin d’en parler avec quelqu’un dont c’est le métier. Et c’est ça qui s’appelle suivre une psychothérapie, ou un suivi thérapeutique. Il existe toutes sortes de formes, et de rythmes.

Le plus important c’est que tu saches que les rendez-vous s’appellent des « séances », et que c’est un moment qui n’est que pour toi (en moyenne 45 minutes). Tu y seras écouté, sans jugement. Dans la confidentialité : cela signifie que ce que tu dis reste entre toi et le psychologue, afin que tu te sentes en sécurité et en confiance.

Les rendez-vous sont pris à l’avance, comme ça tu es sûr de savoir quand tu y vas, et tu peux aussi te préparer pour savoir ce que tu vas raconter, partager. Au début de ce « travail thérapeutique », ton psychologue et toi allez vous mettre d’accord sur ce que tu souhaites améliorer dans ta vie, afin, non pas forcément de résoudre tous les problèmes, mais de développer tes ressources pour y faire face.

Le but est surtout de mieux te connaitre et de prendre confiance en toi.

Aujourd’hui, les « techniques » thérapeutiques sont nombreuses, certaines permettent vraiment « d’enlever » le problème, mais elles te permettent surtout de donner du sens à ce que tu vis, et ainsi à ne plus te sentir coupable de ce que tu ressens. Car nos émotions, mêmes douloureuses peuvent être nos meilleures alliées : elles nous montrent le chemin de ce dont nous avons besoin, et ainsi nous permettent de débloquer les obstacles afin de nous épanouir et de venir encore plus nous-mêmes.

mohmed-nazeeh-dL1Lgoo-alE-unsplash.jpg

La psychologie expliquée aux enfants

Le bilan psychologique

Il est possible qu’à l’école, tu trouves que certaines choses te sont difficiles à faire : te concentrer par exemple, apprendre à lire, comprendre le calcul, les chiffres… peut-être que tu te trouves maladroit, que tu as du mal à tenir ton stylo, que l’on te demande de t’appliquer quand tu écris, mais que, malgré tes efforts, cela te fatigue et que le résultat n’est pas aussi bien réussi que tu le souhaiterais.

Peut-être que tu as besoin de beaucoup de temps pour faire des exercices, et que, souvent, les autres élèves finissent avant toi. Peut-être que tu perds tes affaires facilement, que tu ne colles pas les feuilles au bon endroit dans ton cahier, ou alors à l’envers. Peut-être que tu as du mal à apprendre et à retenir tes leçons.

En sport, as-tu remarqué qu’il t’est difficile d’attraper le ballon, ou de l’envoyer exactement là où tu voudrais ? Est-ce que tes camarades hésitent à te prendre dans leur équipe, car ils pensent que tu pourrais les faire perdre ?

De même quand tu manges, à la cantine, à la maison, pour une raison que tu ne t’expliques pas, il y toujours de la nourriture à côté de l’assiette, ou même par terre ?

Est-ce que tu as souvent envie de bouger, de te lever, même en classe, alors que tu sais bien qu’il faudrait que tu restes assis ? Est-ce que tu as envie de parler alors que ce n’est pas ton tour, mais c’est plus fort que toi ?

 

Eh bien, si ce genre de choses t’arrive régulièrement, et que tu commences sincèrement à douter de toi, sache tout d’abord, que ça n’est pas de ta faute ! Nous avons un cerveau, qui a pour objectif de rendre automatiques le plus de tâches possible. Oui, on pourrait dire qu’il est paresseux ! Le piège serait de penser que tu n’es pas intelligent, ou moins bien que les autres. Non, non et non ! Pas du tout ! C’est ton cerveau qui « patine », il ne parvient pas à enchaîner les automatismes pour te faire faire ce que tu as à faire.

Dans ce cas, comme on emmène la voiture chez le garagiste (excuse-moi pour la comparaison !), ou comme tu vas chez le médecin quand tu as besoin de soins, il te faut voir un spécialiste pour comprendre où est la panne. Dans ce cas, ton enseignant.e, ton médecin, ou parfois des amis qui ont des enfants avec ce type de « ralentissement », peuvent conseiller à tes parents de t’emmener faire un bilan psychologique, chez un.e psychologue spécialisé dans les apprentissage scolaires, ou un.e neuropsychologue.

Ainsi, leur métier, à l’aide de tests, sera de faire un état des lieux, une investigation pour déterminer d’où viennent tous ces empêchements à apprendre, qui engendrent tant d’efforts de ta part, de fatigue et parfois malheureusement de découragement et de perte de confiance en toi. 

De cette manière, tu seras rassuré sur ton intelligence, et on pourra déterminer l’aide dont tu as besoin pour apprendre. À l’école tu auras aussi droit à des aménagements. Ensuite, on pourra expliquer à l’école que tu es bien courageux de mettre autant d’énergie dans tes apprentissages, car cela te demande bien plus d’efforts que les autres : on mettra des mots sur tes difficultés, et tout le monde sera alors soulagé et pourra t’encourager comme tu le mérites.

La psychologie expliquée aux enfants

La psychologie expliquée aux enfants

Aller voir un psychologue, mon explication aux enfants

Quand tes parents prennent rendez-vous chez un psychologue pour eux, quelqu’un de ta famille ou pour toi, c’est parce qu’ils sont préoccupés par une situation relationnelle, avec eux-mêmes (entre soi et soi), ou avec d’autres. Soit qu’ils ne comprennent pas ce qui se passe, soit qu’ils n’aient pas pu trouver de solution malgré tous les efforts qu’ils ont déjà fait pour améliorer les choses.

Pour devenir psychologue, il faut faire 5 ans d’études à l’université, au moins. Au cours de ces études, on peut se spécialiser dans un domaine de la psychologie, un peu comme un professeur qui voudrait plutôt enseigner le français que les maths, enfin à peu près…

Quand tes parents prennent rendez-vous chez un psychologue, il s’agit de quelqu’un qui s’est spécialisé dans la compréhension du « fonctionnement humain » : le fonctionnement de la pensée, comme le fonctionnement des émotions et donc du comportement. Aller voir un psychologue dans ce cas, c’est comme aller voir un « décodeur », ou un « démêleur ». Oui, ça n’existe pas vraiment un démêleur, mais tu peux imaginer : une pelote toute emmêlée c’est plus difficile à utiliser qu’une pelote qui est bien enroulée sur elle-même, il t’est peut-être déjà arrivé de démêler des fils ou de trier des affaires mélangées ? Quand on met de l’ordre dans ses affaires, on y voit quand même plus clair, ça facilite la vie.

Donc aller voir un psychologue, c’est aller parler de ses soucis à un professionnel, qui pourra écouter très attentivement sans juger, et qui va réfléchir avec toi pour comprendre en quoi cette situation te fait souffrir, t’inquiète et ce dont tu as besoin pour aller mieux. Il va t’aider à y voir plus clair, il va donner du sens à ce qui se passe. Ça c’est très important, parce que, en général, quand quelque chose ne va pas bien dans nos vies, on s’en veut beaucoup, ou on en veut à d’autres. On peut aussi se sentir coupable, perdu, et c’est tout à fait normal. Quand on nait, personne ne nous dit comment ça marche la vie, et il y a souvent des différences entre ce qu’on voudrait et la façon dont les choses se passent.

En fait, la vie est un long apprentissage, et parfois on peut aller voir un psychologue pour qu’il nous aide à apprendre comment s’occuper de ce qui nous tracasse, ou de ce qui nous fait mal.

Donc la troisième chose que fait un psychologue après avoir écouté, puis donné du sens à ce qu’il se passe, c’est t’aider, ou aider tes parents à trouver ou utiliser des solutions pour améliorer la situation. Ces solutions sont de deux ordres : soit elles vont changer la situation, soit elles vont te permettre d’aborder la situation différemment. Par exemple, si tu te disputes souvent avec tes parents ou tes frères et sœurs et que cela te rend triste, t’énerve, on peut chercher des solutions pour que la situation change.

Si tu trouves que tu manques de confiance en toi, on peut chercher des solutions pour avoir une meilleure estime de toi, et tu ne verras plus les choses de la même façon. Il y a souvent des situations qu’on ne peut pas changer, mais il y a toujours une façon de voir la situation autrement, c’est ça qui est intéressant et rassurant.

Un psychologue, c’est quelqu’un qui va te permettre de découvrir que tu as plein de ressources en toi, beaucoup de qualités que tu ne soupçonnes peut-être pas et qui vont te permettre d’affronter tes difficultés. Il va t’aider à les trouver, un peu comme un trésor enfoui ou recouvert par toutes sortes de soucis, de peurs, d’émotions désagréables.

En fait, en y réfléchissant, un psychologue, c’est un peu la femme (ou l’homme) de ménage du cœur et des pensées. Une fois dépoussiéré, tu pourras quand même mieux voir à quel point ça brille à l’intérieur de toi, comme un beau soleil en plein ciel bleu, rien de tel pour reprendre courage et avoir à nouveau envie d’avancer !