apprivoiser L'ENNUI

Apprivoiser l’ennui

Mon astuce aux enfants

 

S’ennuyer! A priori cela peut sembler une idée peu enthousiasmante! Et pourtant, aussi loin que l’on puisse remonter, l’éloge de l’ennui existe bel et bien : il facilite la créativité, permet à notre cerveau de vagabonder, d’aller explorer de nouvelles idées, et parfois même de trouver des solutions à des problèmes restés en suspend.

Aujourd’hui l’ennui n’a pas trop la cote, comme s’il fallait toujours être occupé à quelque chose. Ce sont les vacances, profites-en pour t’ennuyer, pour te programmer des plages d’ennui, surtout pour ne rien faire, entraine toi à rêver, rêvasser, tu sais cette chose que tu as toujours envie de faire juste au moment où tu « devrais » faire tes devoirs », juste à ce mauvais moment là. Rattrape-toi. C’est le moment où tu as tout le loisir de t’ennuyer.

Notre cerveau, avec toutes les sollicitations du quotidien, peut prendre l’habitude d’être toujours accaparé par un objectif. Alors, quand tout à coup tu n’as rien de particulier à faire, il est normal d’être dérouté, et d’avoir comme une impression… de vide!

Apprivoiser l’ennui :  Tout d’abord entraine toi à repérer les premiers signes de l’ennui, peut être une pensée qui dit « Je ne sais pas quoi faire », l’impression de tourner » en rond », quand tu sens que tu commences à t’ennuyer, assieds toi. Du mieux que tu le peux, essaie de te rassurer : tout va bien : non, tu n’as rien fait de mal, non tu ne t’es pas trompé. Ca peut être un eu désagréable au début, c’est NORMAL! C’est juste que tu n’es pas habitué, mais c’est tout à fait normal. C’est un peu comme si tu changeais de dimension, c’est le moment de RA-LEN-TIR. Et oui, ralentir. Prends ce temps pour aller t’allonger, ou te promener, t’asseoir, faire un dessin, bref faire une activité sans objectif particulier, juste pour aller un peu moins vite.

S’ennuyer, c’est donner le temps à notre cerveau de digérer les informations, intégrer les apprentissages, c’est passer sur une autre fréquence : le réseau neuronal « par défaut ».

Il est créatif, il permet d’établir des liens inattendus entre nos neurones, ainsi il stimule notre imagination, libère notre cerveau des surcharges mentales : cela  a du t’arriver de retrouver le nom de quelque chose, de te souvenir où tu avais rangé telle affaire, quand tu n’y pensais plus, eh bien c’est ça le réseau par défaut!

Je te propose de lutter contre la tyrannie de la suractivité, pour te laisser bercer par le plaisir de l’ennui et lui faire suffisamment confiance, pour te laisser ensuite surprendre par le foisonnement d’idées qui pourra alors émerger de ton imagination revivifiée.

 

 

Apprivoiser l’ennui

Astuces aux parents

 

Tout d’abord, il peut être intéressant de se poser la question de notre relation à l’ennui : est-il désagréable, plaisant, quelle image de nous, nous renvoie-t-il? Une image de paresse, de désoeuvrement, comme s’employaient à le dire les parents de générations antérieures, dont la notion du « devoir » prédominait sur la notion de plaisir. Ou, aujourd’hui, un besoin de lâcher tout objectif, de faire place nette pour se retrouver, pour remettre les compteurs à zéro, trier les priorités, se dégager du tourbillon infernal des contraintes, du temps qui court, des activités qui ne cessent de s’empiler, maintenant que tout va très vite. Maintenant qu’en un clic, on part à l’autre bout du monde, on commande son plein de courses, on s’inscrit à une formation, on obtient la réponse à la question que l’on se pose… que d’informations, de toutes sortes, tout le temps, nous fait oublier l’impérieuse nécessité du repos, du rien, du « Je ne sais pas », du vide dans le sens du réceptacle de la créativité, de la nouveauté, de la surprise, de l’inattendu! Oui de l’inattendu, car avec cet amoncellement de choses à faire, nous devons déployer des trésors d’ingéniosité pour tout … contrôler, à en oublier que la vie n’est pas vraiment un long fleuve tranquille!

S’ennuyer, apprivoiser l’ennui, ce temps suspendu, ce temps offert qui s’échappe de la routine et des automatismes. Apprivoiser l’ennui, l’attraper au vol, juste pour être là, avec soi, juste pour sentir où nous en sommes, juste pour un instant. Apprivoiser notre relation à l’ennui, pour le laisser nous révéler ses trésors, son mystère. Aider nos enfants à apprivoiser l’ennui pour qu’il leur révèle ses trésors et ses mystères. Accueillir leur ennui comme une bonne surprise : enfin! Comme une opportunité de tisser ce lien avec soi, avec le murmure de leur petite voix interne qui les invite à mobilier toutes leurs ressources : « Regarde autour de toi, respire à pleins poumons, écoute, sens et laisse toit emmener vers ce à quoi tu n’as pas encore pensé… ». Si, face à leur ennui, nous répondons par un regard confiant, bienveillant, ce temps deviendra une invitation à faire par soi-même, à créer, à réfléchir, à échanger, parler, écrire ou je ne sais quoi d’autre!

Pour transformer l’appréhension de l’ennui en surprise, une de mes jeunes patientes très créative pour le coup, avait confectionné « une boite à ennui ». Dés que des amis, ou des membres de sa famille venaient à la maison, elle leur demandait d’y déposer une idée, et lorsqu’elle s’ennuyait, elle ouvrait avec délice cette pochette surprise pour y découvrir toutes sortes de propositions inattendues. Car vous l’aurez bien compris, une fois apprivoisé, l’ennui n’a qu’un temps, il fait son oeuvre, nous permettre de nous relier à ce qu’on a, pour un temps oublié, notre besoin de lâcher-prise, de découverte, et de vraie nouveauté : celle qui mobilise nos émotions et libère notre inventivité!

 

Apprivoiser l’ennui

Mon astuce aux enseignants

 

On entend parfois que les enfants s’ennuient à l’école, mais il n’est pas toujours évident de comprendre ce que cela sous-tend. Il y a les enfants qui s’ennuient parce que tout va trop vite et qu’ils ne parviennent pas  suivre, que ce soit parce qu’ils sont porteurs d’un trouble des apprentissages important, d’un trouble de l’attention, qu’ils présentent des caractéristiques anxieuses, ou dépressives. Leur esprit n’est alors plus assez disponible pour les apprentissages, ils décrochent, ne comprennent plus et s’ennuient et même parfois se découragent. Il y a les enfants avec d’autres types de profil d’apprentissage. Ceux que l’on appelle le retard de développement, là aussi, l’attention, la mémoire de travail saturent, les enfants perdent le fil et se désintéressent. Il y a les enfants avec un profil dit Haut potentiel, pour certains d’entre eux au contraire, tout va trop lentement, ils comprennent rapidement, se lassent et cela peut les faire souffrir car ils sont alors soumis au tourbillon de leur pensée incessante, dont certains disent que leur cerveau est en ébullition, et cela peut être très anxiogène. Pour tous ces enfants, le sentiment de décalage avec le groupe classe et douloureux, l’incompréhension face à leur difficulté entame l’estime d’eux-mêmes, et c’est alors que le doute sur leurs capacités peut s’immiscer dangereusement. Quelle que soit la nature de cet ennui, en comprendre les racines, peut donner un éclairage sur l’aide à apporter. Car ce qui est recherché est toujours comment les aider à développer leurs ressources, leur curiosité et tenter de trouver la réponse adéquate pour relancer leur motivation! Oui cette motivation dont le précieux carburant est le plaisir! Et non pas le plaisir oisif, la quête de plaisir qui évite les difficultés et les contraintes! Non, bien plutôt le plaisir qui rend fier, le plaisir de plonger totalement dans une activité dont le sens et l’intérêt se dévoile au fur et à mesure de son déroulement, le plaisir de sentir ses qualités, ses compétences mobilisées efficacement par une tache! Le plaisir d’être là, entier, absorbé, présent en cet instant dans la jubilation de la pleine attention, car aucune peur, aucun stress insurmontable ne vient parasiter la réflexion et l’apprentissage. S’ennuyer en classe ne peut pas être anodin, il ne peut pas être un manque de volonté, un manque d’efforts gratuit! Quel en serait le bénéfice? Encore et encore, tentons de nous souvenir que comprendre, donner, trouver du sens est au coeur du plaisir d’apprendre, de la relation à l’apprentissage, et le meilleur antidote au voile pesant de l’ennui à l’école, qui lui, ne permet pas de libérer de créativité, mais enferme dans l’espace où la perspective de l’épanouissement des compétences et de l’accès à la réussite n’est plus à portée de main.

 
 
 

regards psy., 17 rue philippe de lassalle, 69004 lyon, france

tel 04 78 27 91 72

email contactlyon@regardspsy.com

psychologue - neuropsychologue - Bilan psychologique - consultation psychologique - pleine conscience - psychothérapie - astuce - mindful up collégiens - mindful up lycéens - méditation - pifam - photolangage - formation - conférence 

© 2020 design by Urbanoïd for Regards Psy.