apprivoiser L'ATTENTION

L’attention,

Mon astuce aux enfants,

 

Est ce qu’il t’est déjà arrivé d’entendre, de la part de tes enseignants : « Doit être plus attentif », « Dans la lune », « Doit plus se concentrer »?

Eh bien, à chaque fois, il s’agit de ton « attention »! Parfois c’est facile d’être attentif en classe, ou ailleurs… parce que ce qui se passe t’intéresse, te passionne, te captive, bref, te fait du bien! Que ce soit du bien intellectuellement parce que tu apprends ou tu comprends des choses, ou du bien émotionnellement, parce que tu ris, ou tu es touché par quelque chose. Le point commun entre ces situations, c’est la qualité de ta présence : quand on est vraiment là, totalement attentif, on se sent bien! Et quand on se sent bien, on a envie d’être tout à fait là, très attentif. Être tout à fait, complètement là, être « dans le flow », nous procure une forte sensation de gratification, mais aussi d’efficacité, car rien ne vient parasiter notre attention.

Le plus gratifiant, c’est lorsqu’on décide consciemment, intentionnellement d’être là, tout à fait là.

Être attentif, ça se décide et ça s’entraine, comme un muscle. Avant de tirer un penalty, imagines tu que Griezmann ou Mbappé, se permettent d’être inattentifs? Non! Est ce que, à ton avis, ils ont décidé d’être attentifs? Oui! Pourquoi? Parce que c’est important!

Décider d’être attentif, demande de savoir deux choses : tout d’abord que c’est difficile, car elle papillonne facilement notre attention, et la deuxième chose c’est : pour quel objectif?

Et là, il ne s’agit plus de savoir si tu aimes ou non cette matière, si tu aimes ou non ce prof, il ne s’agit pas non plus de savoir si tu comprends tout. Il s’agit de prendre la décision d’être attentif et de t’entrainer : regarde commet ça marche : ton attention est là, tu écoutes… Hop, elle est partie… tu es ailleurs, tu t’ennuies! Pas de problème, c’est le moment de décider de revenir, d’écouter à nouveau, sans te juger, et d’être fier de toi : c’est toi qui décides. Tu vas le faire peut être, une fois, dix fois, cent fois, cet aller-retour entre ton attention et ton inattention. Là encore, pas de problème! Souviens toi, combien de penalty loupés, recommencés par Griezmann ou Mbappé, avant de réussir enfin?

Ne laisse ni ton stress, ni ton ennui, ni ton découragement, ni tes profs, ni tes matières décider pour toi! Deviens le capitaine de ton attention. Tu verras, parfois, la mer sera calme, le ciel bleu, il te sera facile d’être attentif, presque sans effort! Et parfois, la mer sera houleuse, ou déchaînée, tu n’auras aucune visibilité, et là, là, il te faudra t’accrocher pour rester attentif, et pouvoir remonter à bord dés que tu tombes à l’eau. Mais souviens toi, c’est normal, rester attentif demande un effort,

et devenir un capitaine qui conduit son attention quels que soient la météo et les océans, demande de longues heures d’entrainement, mais je peux t’assurer que ça en vaut la peine.

Je te reparlerai encore d’attention, car il y a beaucoup, beaucoup de choses très intéressantes à en dire.

En attendant, je te souhaite une très belle année 2019, pleine d’attention, de présence, et d’émerveillement.

 

 

Apprivoiser l’attention,

Mon astuce aux parents,

 

Bien souvent, à part ce que peut nous dire l’école, nous pouvons trouver nos enfants, inattentifs : « Ils n’écoutent pas », « Je dois lui demander 15 fois les choses, ensuite… Je crie! ».

Pour que nos enfants soient attentifs, qu’ils écoutent, à la maison, (je parlerai de l’école plus tard), ils ont besoin de contact, ils ont besoin qu’on les regarde, qu’on leur parle : les yeux dans les yeux, tranquillement, calmement. Nous pensons souvent que nos enfants ont intentionnellement envie de ne pas faire ce qu’on leur demande, c’est peut être vrai, mais ils sont tellement aux prises avec une multitudes de pensées, de contradictions, de questions : ils ne savent plus où donner de la tête, ni où porter leur attention. D’autant plus avec la présence des écrans, que ce soient les jeux vidéos ou les réseaux sociaux, ce sont d’irrésistibles tentations.

Aider son enfant à être attentif, un enjeu de société on pourrait dire. Et pour être attentif, il faut avoir envie d’être là, car l’attention est très liée à la motivation, au plaisir et à la capacité de discerner et de choisir ce qui est important.

Tout au long de cette année, je vais continuer à nous encourager à avoir un regard positif, valorisant sur nos enfants, et sans complaisance : clarifier nos attentes vis à vis d’eux, leur dire ce qui est important pour nous et dont on sait qu’il participe à la fois à la vie de la famille et leur assure une place reconnue, c’est à dire avec des signes de reconnaissance manifestes quand ils répondent à nos attentes. Les remercier, relever leurs qualités et parfois les gratifier concrètement aussi … ça s’appelle une récompense!

Quel rapport avec l’attention? Le coeur que nous mettons à l’ouvrage! Nos enfants ne nous louperons pas : s’ils dessellent la moindre intention de les manipuler dans notre intérêt, leur attention continuera de nous échapper, mais s’ils perçoivent que dans notre posture de parents, nous souhaitons nous rapprocher vraiment d’eux, dans l’intention de nourrir le lien, l’affection, la confiance et la sécurité, alors leur attention va petit à petit s’apprivoiser.

Telle est mon intention pour 2019, écrire, le plus régulièrement possible ces petits mots, pour avancer ensemble à porter notre attention sur ce qui compte pour nous, ce qui compte vraiment en tant que parents. Car ce n’est pas facile, de tenir la barre de notre attention quand la tempête de nos émotions, ou de notre fatigue se profile à l’horizon, et maintenir le cap sur la patience et la bienveillance, ce à quoi, nos enfants finalement sont très attentifs.

 

Apprivoiser l’attention

Mon astuce aux enseignants,

 

Le manque d’attention en classe est fréquemment relevé par les enseignants, et bien souvent, le fait de la demander voire de l’exiger ne semble pas porter ses fruits. Il faut attendre, 25 ans, pour que le cerveau atteigne sa maturation et ainsi sa pleine capacité de contrôle attentionnel. D’ici là, ce qui peut aider c’est de comprendre en quoi consiste l’attention, il y en de plusieurs sortes et elle varie également en fonction de la durée et de la complexité de la tache. Si vous avez l’habitude de vous déplacer dans votre établissement scolaire, vous aller circuler sans grande difficulté. Si vous changez de lieu et vous retrouvez dans un nouveau bâtiment cela va vous demander un surcroit d’attention pour vous repérer. Les apprentissages c’est la même chose. Et si en plus, naturellement, vous n’avez pas le sens de l’orientation, cela va accroitre votre niveau d’attention. Ajoutez à cela un manque de confiance en vous, une peur du jugement, des auto-critiques virulentes… et votre attention  risque de ne plus fonctionner.

Ainsi, la posture de l’enseignant pour maintenir une attention positive va jouer un rôle. Le cadre, à la fois clair, strict, mais juste, et la façon dont il va s’adresser au groupe classe. L’intonation de la voix, son regard sur chaque élève, la vivacité du cours, le lien avec la vie concrète des élèves, le sens de ce qu’il transmet, sa confiance en eux. L’enseignant tel un chef d’orchestre est amené à soutenir l’attention de ses élèves, et cela lui demande, à lui aussi, beaucoup d’attention!

Car l’élève est face à un conflit permanent : décider où porter son attention.  Entre ce qui le distrait, ce qui peut représenter une source de plaisir immédiat, ce qui le stresse, et finalement ce qui est vraiment important et qui va lui demander de maintenir son attention. Cela peut nous paraitre évident, à nous les adultes, mais représente un exercice difficile pour beaucoup d’élèves. Nous avons besoin de faire un pas de côté par rapport à ce que nous prenons comme de la désobéissance, de l’indifférence, de l’ennui ou de la provocation. Nous avons besoin d’apprendre à faire équipe avec les élèves pour leur proposer d’être attentifs ensemble, enseignants et élèves.

De leur côté, chaque élève a besoin d’identifier le degré d’attention que va lui demander chaque matière : ce qu’ils considèrent comme facile, ou ce qui est pour eux difficile. Ce « Connais toi toi-même », est éclairant et leur permet de mieux réguler leur niveau d’attention et surtout d’apprendre à ne pas se critiquer, ni s’en vouloir s’ils « décrochent ». Car en fin de compte ce qui va le plus les aider, c’est d’apprendre à « raccrocher ». Ils pourront le faire, s’ils apprennent que décrocher est tout à fait normal, et que c’est s’entrainer à « revenir », là, maintenant, avec leurs yeux, leurs oreilles, tous leurs sens, dans leur corps, qui va les aider à développer leur attention.

 
 
 

regards psy., 17 rue philippe de lassalle, 69004 lyon, france

tel 04 78 27 91 72

email contactlyon@regardspsy.com

psychologue - neuropsychologue - Bilan psychologique - consultation psychologique - pleine conscience - psychothérapie - astuce - mindful up collégiens - mindful up lycéens - méditation - pifam - photolangage - formation - conférence 

© 2020 design by Urbanoïd for Regards Psy.